Le progrès génétique : du concret +250 kg de lait/ha !

L’évolution en ray-grass anglais, par exemple, fournit 0,3 t/ha de matière sèche en plus tous les 10 ans. Quel en est l’impact sur la production de lait ? La qualité du fourrage a-t-elle un rôle à jouer ? Rémy Delagarde, de l’Inra de Rennes, s’est penché sur ces questions.

Les essais de l’Inra et de l’ACVF (1), l’ont montré : en moyenne, sur les 40 dernières années, l’amélioration des variétés fourragères a permis un gain de rendement de 0,3 t de matière sèche tous les 10 ans. En conditions réelles, si l’on considère qu’en moyenne 80 % du fourrage est valorisé, cela représente en réalité 0,25 t de matière sèche ingérée en plus par hectare. Les données scientifiques indiquent qu’un kilo de RGA ingéré équivaut à un kilo de lait produit.
Ce qui, pour 0,25 t de MS consommée conduit à un potentiel de production supplémentaire de 250 kg de lait par hectare. Ce gain permet de supporter en partie le progrès génétique animal (augmentation de la capacité d’ingestion), mais peut aussi permettre d’augmenter le chargement. Ceci est particulièrement intéressant dans les systèmes où l’herbe occupe une place prioritaire. En conclusion, le choix de variétés fourragères parmi les plus récentes permet facilement et à tous d’accéder à un potentiel supplémentaire identifié en volume et en qualité.

La qualité du fourrage : un rôle à jouer

La digestibilité de la matière organique (DMO) progresse quant à elle de 0,5 point tous les 10 ans. Ce gain de DMO accroît directement la valeur énergétique (UFL) et l’ingestibilité de l’herbe. Ceci permet d’augmenter la production laitière ou d’économiser du concentré. Ainsi, un point de DMO supplémentaire implique en moyenne un gain de 0,5 kg de lait par vache et par jour. Le potentiel de production supplémentaire lié à la qualité est donc de 0,25 kg de lait/vache/jour de pâturage. Le progrès génétique des variétés fourragères impacte ainsi directement sur la production de chaque animal.

Et si on chiffrait tout ça ?

Pour une saison de pâturage de 120 jours et avec une mise à disposition moyenne de 0,4 ha par vache, dans les conditions de conduite optimale, le potentiel de gain dû au progrès génétique est :

  • - pour le rendement, de 250 kg x 0,4 ha, soit 100 kg de lait,
  • - pour la qualité, de 0,25 kg x 120 jours, soit 30 kg de lait.

Le gain potentiel de production est donc lié pour ¾ au gain de rendement et pour ¼ au gain de qualité.

Rémy Delagarde

Inscription à la newsletter

Les derniers articles de semences

L’adaptation des variétés fourragères au changement climatique

L’impact croissant des aléas climatiques préoccupe le monde de l’élevage. Les éleveurs attendent de leurs partenaires des solutions pour y faire face.

Le progrès génétique en plantes fourragères : quel bénéfice pour l'éleveur ?

Chaque année, une trentaine de variétés fourragères sont inscrites au catalogue officiel français des variétés car elles apportent des améliorations par rapport aux précédentes variétés.

Le point sur les semences bio

La filière laitière connaît une vague de conversions bio sans précédent. Qu’en est-il de la disponibilité de semences fourragères bio ? Le point avec Julien Bouffartigue.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Paroles d'éleveurs

Une filière à l'herbe créée par les éleveurs

Paroles d'éleveurs

Viande de nos prairies : une nouvelle filière herbe pour valoriser les allaitantes

Paroles d'éleveurs

Valoriser ses prairies en passant son troupeau allaitant en bio

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue