Réussir la récolte en foin de graminées ou de légumineuses

Limiter les pertes au champ tout en optimisant la vitesse de séchage constitue le paradoxe de la récolte en foin des prairies de graminées et/ou de légumineuses. Depuis plusieurs années, ARVALIS conduit des expérimentations sur la récolte de l’herbe. Les références acquises donnent du recul sur les paramètres importants à respecter pour préserver la quantité et la qualité du fourrage à chaque étape de la chaîne de récolte.

Fauche : attention à l’agressivité du conditionneur à fléaux avec les légumineuses

En France aujourd’hui, il existe essentiellement 3 types de faucheuses : les faucheuses rotatives « à plat » ou « classique », les faucheuses conditionneuses à fléaux ou à doigts et les faucheuses conditionneuses à rouleaux.

Ces trois types de matériels se distinguent par leur agressivité vis-à-vis du fourrage. En situation de légumineuses dominantes voire pures, les conditionneuses à doigts ou fléaux sont déconseillées. Des pertes mécaniques (feuilles brisées non récoltables) allant jusqu’à 10 % de la biomasse initiale ont été enregistrées lors de la seule opération de fauche. Ces pertes concernent quasi exclusivement les feuilles, riches en protéines et en énergie. Puis, du fait du conditionnement agressif, une partie des feuilles détachée est piégée dans l’andain après la fauche. Lors des opérations ultérieures de fanage et andainage, ces feuilles seront également perdues. Si toutefois une faucheuse conditionneuse était utilisée sur légumineuses, il importe d’en réduire au maximum l’agressivité (réduction de régime du conditionneur, effacement des peignes, desserrage de la tôle située à l’aplomb du conditionneur).

Minimiser le temps de séchage

Des la fauche, la surface d’exposition du fourrage est determinante

Sitôt après la fauche, l’eau s’évacue par les stomates de la plante encore ouverts. La surface d’exposition du fourrage au vent et aux rayons du soleil est alors déterminante (figure 1). Pour répondre à cet objectif, l’utilisation de faucheuse à plat ou faucheuses conditionneuses munies du système d’éparpillement large permettent de répartir le fourrage sur environ 80 à 90 % de la surface fauchée. En revanche, avec les faucheuses conditionneuses produisant des andains étroits (30 à 40 % de la surface fauchée), il est nécessaire de faner au plus vite après la fauche pour répartir le fourrage.

L’effet du conditionnement n’est perceptible qu’au-dela de 40 – 45 % de ms

Ce n’est que lors de la 2e phase de séchage (lorsque la teneur en matière sèche passe au-dessus de la barre des 40 %), que l’effet du conditionnement s’exerce. L’eau sort alors par les points de sortie créés par celui-ci, essentiellement par les tiges.

Fanage et andainage : intervenir sur un fourrage réhumidifié

Lors des opérations de fanage et d’andainage, le risque de pertes est avant tout déterminé par l’humidité du fourrage au moment de l’intervention. A mesure que les feuilles sèchent, elles deviennent cassantes. Ceci est particulièrement vrai pour les légumineuses et dans une moindre mesure pour les graminées. Pour l’illustrer, ARVALIS - Institut du végétal a mis en place en 2013 un essai sur deux sites ; station expérimentale de La Jaillière (44) et Saint-Hilaire en Woëvre (55).

A la Jaillière, le fait de réaliser les opérations de pré-andainage (confection de petits andains) et d’andainage l’après-midi en pleine chaleur occasionne deux fois plus de pertes de MS/ha que le matin (667 versus 315). Sur le plan qualitatif, pour les deux sites d’étude, l’intervention le matin entraine des pertes limitées, allant de -0,1 à -0,4 point de MAT (tableau 2). Réalisées l’après-midi, les pertes qualitatives sont nettement supérieures ; -1,8 à -2,8 point de MAT. Ce levier devra absolument être mis à profit pour préserver la qualité du fourrage récolté. Par ailleurs, la réduction de la vitesse de prise de force à 350-400 tours par minute pourra également réduire l’agressivité des dents du giro-andaineur et donc les pertes de fourrages. Le couple « régime de prise de force / vitesse d’avancement du tracteur » devra cependant assurer un ramassage efficace.

Les deux essais menés ici montrent toute l’importance des précautions à prendre lors des interventions d’andainage.

Dans les conditions de l’essai de La Jaillière (44), en comparaison d’une intervention le matin, le pré-andainage et l’andainage en pleine après-midi sur un fourrage cassant induit un manque à gagner important. La compensation quantitative et qualitative des pertes est comprise entre 70 et 110 €/ha (hypothèses prix bas et haut avec remplacement par de la paille, du blé et du tourteau de soja 48).

Pertes au pressage : les légumineuses plus sensibles que les graminées

Si les conditions de séchage sont vraiment défavorables, privilégier le pré-andainage en constituant d’abord les petits andains et en les regroupant au dernier moment avant le pressage. Pour les légumineuses en particulier, presser le matin de préférence dès que la rosée s’est retirée ou tard le soir. Les pertes sont les plus faibles en récoltant des gros andains avec les presses à balle ronde à chambre variable ; le temps de rotation dans la chambre est alors limité. Inutile de rechercher des densités élevées pour deux raisons majeures. Tout d’abord, l’application d’une forte pression sur le fourrage augmente le temps de rotation du fourrage dans la chambre de la presse et ainsi le risque de perte. Par ailleurs, si des zones de fourrage sont encore trop humides (< 80 % MS), une densité élevée augmente le risque d’échauffement du fourrage dans la balle. Rappelons que l’atteinte d’une teneur en MS minimale de 82 % permet une bonne conservation du fourrage, sans échauffement. Le liage filet est indispensable pour ne pas gâcher toutes les précautions mises en œuvre en amont pour récolter du fourrage de haute qualité. Enfin, pour éviter les pertes, le rotocut devra être désengagé lors du pressage.

Arvalis - Institut du végétal

Un article Arvalis - Institut du Végétal - Auteur : Anthony Uijttewaal
Photos ©Arvalis - Institut du végétal

Adaptation des matériels de fauche suivant le type de couvert prairialEvolution de la teneur en MS de la luzerne (en %) durant les 20 h qui suivent la fauchePertes qualitatives et quantitatives lors des opérations d’andainage d’une luzerne

Inscription à la newsletter

Votre adresse e-mail ne servira qu'au traitement de votre abonnement à ladite lettre d'information par l'Interprofession des semences et plants. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, cliquez ici.

Les derniers articles de machinisme

Réussir ses ensilages d’herbe

Pour une récolte sous forme d’ensilage, voici quelques recommandations de conduite des chantiers, de la fauche à la mise en silo.

Réussir l'enrubannage d'herbe

L’enrubannage permet de réaliser de petits chantiers et constitue ainsi un mode de récolte privilégié pour la gestion des excédents de pâturage ou les surfaces gérées « au cas par cas »

Comment réussir sa récolte ?

L’efficacité de la fauche, du fanage et du séchage dépend de leur positionnement vis-à-vis des conditions climatiques, des stades de la culture et également du réglage des machines.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Alimentation

Pour vos brebis, mettez du plantain dans les prairies pour gagner en productivité

Alimentation

Les avantages du pâturage mixte entre espèces animales

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue