Au printemps, fissurer une prairie booste la pousse de l’herbe

Réalisé dans de bonnes conditions météorologiques, un passage de fissurateur au printemps relance la productivité des prairies. Si la prairie est détruite, la fissuration facilite le désherbage chimique et semble aussi bénéfique au maïs qui suit.

Est-ce que fissurer la prairie est bénéfique à la pousse de l’herbe et au maïs qui suivra ? Pour le savoir, des essais ont été conduits en 2021 à la ferme expérimentale de la Blanche Maison (50) (1). Sur des prairies tassées et vieillissantes, la fissuration aide à leur aération, favorise l’infiltration de l’eau et la prospection par les racines. Pour être pleinement efficace, elle doit être réalisée dans un sol ressuyé. Dans un sol trop humide, le passage des dents peut créer un lissage latéral, défavorable à la prospection racinaire.

L’essai a été conduit sur une prairie multi-espèces de longue durée, exploitée en pâture avec de la fauche occasionnelle. Cette prairie devait être rénovée car sa productivité comme la qualité de sa flore diminuaient. L’intérêt de la fissuration a été testé, sur une première partie de la parcelle, pour prolonger la durée d’exploitation de la prairie mais aussi, sur une deuxième partie, sur un maïs, implanté en semis direct après destruction chimique.

Début avril, la fissuration a été réalisée avec le fissurateur à dents droites Actimixt. Le passage du fissurateur a été réalisé le lendemain d’une journée pluvieuse après un mois de période sèche. Sur la partie prairie de l’essai, la première fauche a été réalisée début juin. Le redémarrage après cette fauche a été visiblement différent entre la partie fissurée et celle qui ne l’a pas été : 7,37 cm d’herbe pour le témoin, 9,53 cm pour la partie fissurée. Lors de la fauche de fin juillet, les rendements ont été de 3,5 TMS/ha et de 4,3 TMS/ha.

Le passage du fissurateur au printemps semble donc profitable pour relancer la productivité de la prairie. Une meilleure productivité pourrait s’expliquer par une meilleure minéralisation de la matière organique, permise par la fissuration. Pour être pleinement efficace, la fissuration demande une anticipation et doit se faire dans des conditions optimales d’humidité du sol. Reste à voir l’évolution dans le temps, de la flore et de la productivité de la parcelle.

Effet bénéfique pour le maïs suivant

En parallèle de l’observation sur prairie, une autre partie de la parcelle a été implantée en maïs le 11 mai. Y ont été comparé deux variétés et deux semoirs, un semoir monograine et un semoir à céréales. Les deux variétés et les deux modalités de semis ont été testées à la fois sur la partie non fissurée et sur celle qui l’a été. Une meilleure levée a été observée avec la variété 1 et le semoir à céréales. La fissuration n’a pas semblé avoir d’effet sur la levée mais la prairie a été moins bien détruite dans la partie non fissurée. Au final, les rendements montrent de meilleurs résultats sur les bandes fissurées. Sur la partie non fissurée, le rendement varie de 9,4 TMS/ha à 13 TMS/ha avec la variété 1, selon qu’elle ait été implantée avec un semoir à céréales ou monograine. Sur la partie où la prairie a été fissurée, les rendements varient de 11,5 TMS/ha avec la variété 2, à 16,7 TMS/ha avec la variété 1. L’enherbement moins concurrentiel et la meilleure minéralisation des bandes fissurées en sont certainement l’explication. En effet, la fissuration a facilité la destruction chimique de la prairie.

Si la fissuration a apporté des résultats plutôt satisfaisants, ces premiers essais sont à réitérer dans un contexte météorologique plus proche des conditions habituelles.

1 : la ferme expérimentale de la Blanche Maison est l’un des 8 stations de recherche, en élevage bovin laitier et allaitant, des chambres d’agriculture, réunies dans le réseau Farm XP.

Inscription à la newsletter

Votre adresse e-mail ne servira qu'au traitement de votre abonnement à ladite lettre d'information par l'Interprofession des semences et plants. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, cliquez ici.

Les derniers articles de machinisme

Réussir la récolte en foin de graminées ou de légumineuses

Limiter les pertes au champ tout en optimisant la vitesse de séchage constitue le paradoxe de la récolte en foin des prairies de graminées et/ou de légumineuses. Voici quelques conseils.

Réussir ses ensilages d’herbe

Pour une récolte sous forme d’ensilage, voici quelques recommandations de conduite des chantiers, de la fauche à la mise en silo.

Réussir l'enrubannage d'herbe

L’enrubannage permet de réaliser de petits chantiers et constitue ainsi un mode de récolte privilégié pour la gestion des excédents de pâturage ou les surfaces gérées « au cas par cas »

Les derniers articles d'Herb'actifs

Machinisme

Au printemps, fissurer une prairie booste la pousse de l’herbe

Agronomie

La fertilisation des prairies multi-espèces

Alimentation

Renforcer l’autonomie alimentaire des élevages herbivores

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue