Utiliser le levier "prairies" pour les difficultés de la filière viande liées au Covid-19

Conséquence de la crise du Covid-19, les abattages de bovins sont en recul. Les animaux vont parfois devoir rester plus longtemps dans les fermes, entraînant une hausse des charges pour les éleveurs. Alors que faire ?

Vincent Lambrecht, chargé de mission viande bovine à la chambre d'agriculture des Pays de la Loire, se veut rassurant. « Les données Idele ont montré que les broutards s'en sortent bien pour l'instant, et les ventes sont en hausse en GMS. Le steak haché a explosé, et compense un peu les pertes liées à l'arrêt de la RHD (restauration hors domicile). Ce qui caractérise la situation actuelle c’est l’équilibre matière difficile à atteindre pour les morceaux nobles habituellement valorisés en RHD ».

En cas de nécessité de repousser le départ d'un lot de génisses ou de vaches déjà à l'engraissement, il propose de limiter les concentrés pour réduire le GMQ (gain moyen quotidien). « On peut mettre une ration tout herbe, avec 1 à 2 kg de céréales par jour, là où habituellement on en met généralement 4 kg ». Pas besoin d'affourager en plus, « jusqu'à fin mai on n'aura pas de meilleure herbe que celle sur pied. La pousse doit suffire pour couvrir les besoins ». Attention tout de même à ne pas trop charger les prairies. « Il faut respecter la règle des quinze jours d'avance de pâturage au printemps, et 25 jours en été, rappelle le conseiller. C'est à dire si 10 bêtes mangent 15 kg/jour, il faut 150 kg multipliés par 15 jours, soit 2,25 tonnes de stock sur pied au printemps. Ce sont les règles standards dans le grand ouest, qui pilotent le dimensionnement des paddocks où l'on fait du pâturage tournant».

La bonne gestion de l’herbe est d'autant plus importante aujourd’hui car la rétractation du marché s’associe à une faible pousse de l’herbe, explique Vincent Lambrecht : « Début avril, la période de froid a entraîné un arrêt de la pousse par manque de température, et le vent du nord a séché les terrains. Ce n'est pas gênant partout, mais il y a des endroits, notamment en Loire-Atlantique, où les parcelles ont été rabotées et où elles ne repartent pas. C'est inquiétant car les stocks sont déjà réduits ».

charolaise et son veau dans une prairie

Inscription à la newsletter

Les derniers articles de Filières

Utiliser le levier "prairies" pour les difficultés de la production laitière liées au Covid-19

Certaines filières laitières demandent une baisse de la production. Sans rationner trop les vaches, peut-être le moment de reconstituer des stocks et de mieux valoriser l’herbe pâturée.

Une filière à l'herbe créée par les éleveurs

Au sein de l'association ELVEA 44, les éleveurs ont mis en place une filière pour mettre en valeur les systèmes herbagers du département : Viande de Nos Prairies de Loire-Atlantique.

Le lait bio, c'est l'herbe

La coopérative Prospérité Fermière collecte du lait conventionnel et bio et crée "Via Lacta" dans la cadre de sa démarche RSE.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Paroles d'éleveurs

Gagner en autonomie fourragère avec les mélanges prairiaux adaptés

Agronomie

Pourquoi et comment se former aux fourragères ?

Agronomie

Fourragères et sécheresse 2020, prévenir et guérir

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue