Le dactyle

Le dactyle est une espèce très fréquente à l’état spontané. C’est une graminée facile à identifier au stade herbacé et au stade épié. Le dactyle se présente souvent en touffes imposantes, avec la base des tiges (gaines) très plates, des préfoliaisons pliées. En cas d’épi visible, celui-ci est de forme pelotonnée caractéristique.

Le dactyle a de nombreux atouts à découvrir ou à redécouvrir

En passant à côté de ces touffes, peu de personnes soupçonnent les atouts fourragers du dactyle. Ses avantages sont le potentiel de productivité qui est très élevé, les valeurs fourragères en énergie et surtout en protéines (plus riche que la luzerne), la pérennité, la résistance à la chaleur et dans une moindre mesure à la sécheresse. Il est également intéressant de noter son aptitude à la fenaison qui laisse ensuite la place à des repousses sans épis, abondantes, appétentes et ce, jusque tard à l’automne.

Le dactyle : savoir maîtriser l’épiaison

Tous ces atouts estompent les quelques limites de cette espèce qui sont la lenteur de l’implantation lors du semis, une sensibilité aux excès d’eau en période hivernale et une appétence moyenne lors de la montée en épis. Pour améliorer ou garder de l’appétence, la meilleure technique est d’avoir un rythme d’exploitation rapide, voire de préférer une première exploitation en fauche.

Une sélection variétale pour faciliter l’exploitation

La sélection a permis d’améliorer encore les atouts du dactyle. La vitesse de montaison a été ralentie et donc la souplesse d’exploitation allongée. Ceci permet aux éleveurs de conserver plus longtemps le fourrage sur pied sans qu’il ne se dégrade par une épiaison précoce. Ce progrès a été amené par la création de variétés de dactyle avec un départ en végétation plus précoce et une épiaison plus tardive. Ces caractéristiques variétales sont consultables sur le site www.herbe-book.org.

La sélection a également amené des progrès considérables sur la résistance aux maladies qui peuvent altérer la pérennité, l’appétence et la productivité. Le potentiel de cette productivité est communiqué également sur www.herbe-book.org par des indices distinguant la production lors de la première coupe, la production totale au printemps, en été et automne et sur toute l’année. Ce site permet non seulement de connaître les caractéristiques des variétés mais aussi d’ordonner les priorités de l’éleveur afin de choisir la meilleure variété dans des circonstances précises.

Pour bien exploiter le dactyle : adapter son mode d’exploitation

Une dernière amélioration doit être amenée par l’éleveur. Pour cela il faut conduire le dactyle de telle sorte qu’il ne pousse pas en touffes et qu’il ait un développement de type gazonnant. Pour ce faire, il faut favoriser le mode de conduite pour que la lumière parvienne au pied de la plante. Il est préférable de réaliser un semis « à la volée » plutôt qu’en lignes espacées.

En cas de mélange de plusieurs espèces, il faut l’associer avec d’autres espèces qui vont se développer au même rythme que le dactyle. Ainsi, le phénomène de pousse en touffes sera limité. On peut donc l’associer à de la luzerne, de la fétuque élevée, du trèfle violet. Pour vous aider, vous pouvez utiliser le calculateur de mélanges prairiaux, une des outils d'Herb'actifs accessible directement depuis le site. Celui-ci va transcrire une proportion de plantes en kg de semences par hectare en tenant compte du PMG (poids de mille grains) des différentes espèces. En cas d’utilisation du dactyle en mélange, il est bon de savoir qu’il est recommandé de ne pas dépasser 8 kg afin que les autres espèces puissent se développer harmonieusement dans ce mélange.

Le dactyle est donc une espèce particulièrement intéressante du fait de ses valeurs alimentaires, de sa productivité et de sa pérennité. La sélection a nettement atténué les limites de cette espèce. La dernière touche doit être amenée par la conduite de la prairie : réduire la constitution de touffes et avoir un rythme rapide d’exploitation.

dactyle

Inscription à la newsletter

Votre adresse e-mail ne servira qu'au traitement de votre abonnement à ladite lettre d'information par l'Interprofession des semences et plants. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, cliquez ici.

Les derniers articles d'espèces prairiales

Oui, implanter la luzerne tôt dans l’été permet de maximiser sa production en première année

Une implantation précoce durant l’été permet à la luzerne de s’enraciner profondément et de constituer des réserves glucidiques dans son pivot.

Pour une autonomie fourragère, choisir comme moteur le trèfle blanc

Le trèfle blanc est une plante idéale pour diminuer fortement le recours à des aliments grossiers et des aliments concentrés en énergie et/ou protéines achetés à l’extérieur.

De la luzerne pour gagner en autonomie protéique

Parce qu’elle capte l’azote de l’air via ses racines, la luzerne produit des fourrages riches en protéines. Mais sa culture, technique, demande à être apprivoisée.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Alimentation

De bonnes croissances de bovins allaitants uniquement à l’herbe, c’est possible !

Alimentation

Produire du fourrage de qualité pour engraisser ses vaches de réforme avec un minimum de concentrés

Agronomie

Mettez de la diversité dans vos prairies

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue