Zoom sur le trèfle incarnat

Surtout utilisé dans l'ouest de la France, des Pyrénées atlantiques à la Bretagne, le trèfle incarnat s'adapte à différents climats et sols. Il permet de produire un fourrage économique à cultiver et à utiliser. Son cycle de végétation particulier et sa facilité d'installation en font également une plante intéressante pour couvrir efficacement le sol l'hiver.

Le trèfle incarnat se distingue des autres trèfles par ses tiges dressées, velues et surtout par des fleurs généralement rouges pourpres (et parfois blanches) groupées en capitules cylindriques caractéristiques. Comme le trèfle violet, le trèfle incarnat présente une large gamme de précocité. Entre la floraison des variétés précoces et celle des variétés les plus tardives, un mois peut s'écouler dans les zones à hiver doux. Surtout utilisé dans l'ouest de la France, des Pyrénées atlantiques à la Bretagne, le trèfle incarnat s'adapte à différents climats et sols. Au début du siècle, il était même cultivé en Beauce et jusqu'en Belgique. Il valorise bien les sols pauvres et aime les sols sains argilo siliceux et silico argileux à pH proche de la neutralité. Le trèfle incarnat est essentiellement semé en été pour être ensuite pâturé ou ensilé tôt au printemps. Dans l'ouest, il est généralement récolté 1 mois avant le trèfle violet et 6 semaines avant la luzerne.

Les avantages et limites du trèfle incarnat

Le trèfle incarnat est un fourrage non météorisant que l'on peut faire pâturer dès la fin de l'hiver. Il permet ainsi de favoriser et de relancer la production laitière en sortie d'hiver, en fournissant aux animaux un fourrage de qualité à une époque où les fourrages verts sont encore rares. - Le trèfle incarnat améliore la structure du sol. Son système radiculaire peu actif du semis à l'hiver le devient ensuite avant même le réveil de l'appareil végétatif aérien. Il colonise de façon exceptionnelle les 15 premiers centimètres du sol. Les racines peuvent descendre jusqu'à 40-60 cm de profondeur. De plus, ce couvert végétal stimule l'activité des vers de terre. Ces caractéristiques font du trèfle incarnat un engrais vert intéressant d'autant plus que, comme toutes les légumineuses, il fixe l'azote de l'air et enrichit le sol. Il peut se conduire en culture dérobée entre 2 maïs par exemple, comme cela se pratique dans le Sud-Ouest. La dernière exploitation se fait alors en ensilage en mars/avril avant retournement. - L'hiver, il est surtout sensible à une couverture de neige persistante et à l'action du gel et du dégel qui soulève la terre, déchausse la plante et la fait périr. - Le trèfle incarnat s'ensile bien car il est riche en glucides solubles. Toutefois, il est conseillé de hacher finement et de soigner la fermeture du silo. L'apport d'un conservateur acide est une garantie supplémentaire de réussite. Cependant, le trèfle incarnat n'est pas toujours facile à préfaner car c'est un fourrage riche en eau que l'on exploite à une époque où 2 à 3 jours consécutifs de beau temps ne sont pas garantis, - Pour les mêmes raisons, le foin de trèfle incarnat est difficile à réussir, d'autant plus qu'il doit être réalisé tôt avant la pleine floraison. Après ce stade, le trèfle incarnat durcit vite et sera moins bien valorisé par les animaux. Pour le pâturage précoce ou pour la couverture du sol, une légumineuse annuelle à redécouvrir.

La fiche signalétique du trèfle incarnat

PÉRENNITÉ : 1 an

SEMIS : 18 à 20 Kg/ha (pur), 10 à 15 Kg/ha (association)

VITESSE D'IMPLANTATION : très rapide

NOMBRE DE VARIÉTÉS AU CATALOGUE FRANÇAIS : 1

CRITÈRES DE CHOIX DES VARIÉTÉS :

  • résistance à la verse et à l'oïdium,
  • souplesse d'exploitation,
  • rendement.

INTÉRÊTS DE L'ESPÈCE :

  • implantation très rapide,
  • production précoce au printemps,
  • bonne résistance au froid,
  • bonne valeur alimentaire et non météorisant,
  • s'ensile bien car riche en glucides solubles,
  • excellent engrais vert,
  • rendement important,
  • s'associe bien avec le RGI.

LIMITES DE L'ESPÈCE :

  • faible pérennité,
  • bonne production uniquement sur la première coupe,
  • ne supporte pas la sécheresse.

VALEUR ALIMENTAIRE : fourrage vert 1er cycle, début floraison, en g/kg MS

  • MS : 112
  • MAT : 140
  • UFL : 0,74
  • UFV : 0,65
  • PDIN : 87
  • PDIE : 78
trèfle incarnat

Inscription à la newsletter

Les derniers articles d'agronomie

Engraisser les bovins viande à l'herbe : économique et écologique

En élevage allaitant, la finition des animaux à l’herbe permet un gain de temps et d’argent, avec un impact positif sur l’environnement.

Le trèfle blanc : véritable moteur des prairies

La présence de trèfle blanc dans les prairies a un impact positif. Sur les graminées avec lesquelles il cohabite intimement comme sur le comportement alimentaire et les performances des animaux.

Vous avez dit ray-grass ? Non j’ai dit ray-grass

Herb'actifs fait le point sur le terme « ray-grass » qui concerne en fait trois espèces bien distinctes et qui n’ont rien de commun en soi et encore moins en matière d’utilisation.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Paroles d'éleveurs

Une filière à l'herbe créée par les éleveurs

Paroles d'éleveurs

Viande de nos prairies : une nouvelle filière herbe pour valoriser les allaitantes

Paroles d'éleveurs

Valoriser ses prairies en passant son troupeau allaitant en bio

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue