Principes du semis de prairie sous couvert de céréales

Le semis sous couvert de céréale (ou d’une association céréales – protéagineux) consiste à semer une prairie temporaire en même temps qu’une céréale. Selon les régions et les conditions pédoclimatiques, il peut s’agir d’un semis à l’automne sous couvert d’une céréale d’hiver ou au printemps sous une céréale de printemps.

Intérêt et objectifs

L’implantation des prairies temporaires est un facteur clé qui conditionne largement leur mise en place, leur production et leur pérennité. Certains aléas climatiques (sécheresse à l’automne, fortes précipitations au printemps…) peuvent impacter défavorablement l’implantation des prairies. Le semis sous couvert permet de pallier ce problème.

Conseils techniques

Semis

À l’automne, on sème le même jour la céréale (ou une association cérélaes protéagineux ) et la prairie, en respectant les doses de semis préconisées pour chaque espèce. Cette pratique demande un semis en deux passages le même jour avec un semoir à bottes (bottes relevées ou descentes décrochées ou semis à la volée) ou un semoir à double caisson permettant de s’affranchir d’un passage. La céréale doit être semée à une profondeur de 2 à 3 cm et la prairie dans le premier centimètre, dans l’entre-rang de la céréale.

Après semis, il faut penser à bien réappuyer le sol (rouleau denté ou cultipacker). Il est aussi possible (mais plus risqué) d’implanter la céréale ou l’association à l’automne, puis la prairie en fin d’hiver (au stade tallage de la céréale), après un passage de herse étrille.

Fertilisation

La première année, la fertilisation minérale est à éviter pour favoriser les protéagineux et les légumineuses. Une fertilisation organique reste possible.

Récolte

La récolte de la cérélae ou de l’association est possible selon deux modalités : - en fourrage, le rendement est en général similaire à celui d’une céréale ou d’un mélange céréale-protéagineux cultivé seul ; - en grain, à condition d’avoir choisi une prairie peu agressive ( à base de RGA, de fétuque élevée, fléole…). On observe généralement des pertes de rendement.

NB : Au printemps, on peut aussi semer une céréale (de printemps) et une prairie fin mars début avril. On réalise ensuite une première coupe le plus tôt possible, en juin, puis on peut faire pâturer les repousses ou réaliser une seconde coupe 35 à 40 jours plus tard.

Avantages

Limite le salissement en première année. Permet de s’affranchir de l’utilisation des produits phytosanitaires. Réduit le temps de travail et la consommation de carburant.

Limites

Bien choisir les espèces et mélanges à implanter : l’association ou la céréale ne doit pas être trop couvrante afin de limiter la compétition avec la prairie.

Impacts sur le climat

La pratique est globalement favorable. Les émissions de GES sont réduites du fait de la diminution de l’utilisation de carburant (une seule préparation de sol pour deux semis, pas de désherbage de la céréale). La consommation de produits phytosanitaires est également réduite. Par ailleurs, le sol est couvert plus longtemps, ce qui limite le risque d’érosion.

Institut de l'élevage

Un article d'IDELE - Auteur : Aurélie Madrid - Vers la fiche Idele

prairie sous un couvert de céréales fraichement récoltéesles avanages du semis sous couvert de céréales

Inscription à la newsletter

Votre adresse e-mail ne servira qu'au traitement de votre abonnement à ladite lettre d'information par l'Interprofession des semences et plants. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, cliquez ici.

Les derniers articles d'agronomie

Que faut-il penser du regroupement d’andains avant l’ensilage d’herbe ?

Déplacer et regrouper plusieurs andains de fauche juste avant la récolte présente de nombreux avantages, mais également quelques risques sur la qualité du fourrage.

Comment les fourrages sèchent dans les champs

Les conditions météorologiques déterminent la rapidité de séchage d’un fourrage. Il importe aussi de comprendre les différentes phases de séchage pour adapter l’itinéraire technique de récolte.

Le mode d’exploitation de la prairie influence la valeur nutritive des fourrages

Une expérimentation démontre que le mode d’exploitation peut améliorer la valeur alimentaire des fourrages. Couper ou pâturer plusieurs fois entraîne un fourrage de meilleure qualité l’année suivante.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Agronomie

Que faut-il penser du regroupement d’andains avant l’ensilage d’herbe ?

Filières

Foin de luzerne : une complémentarité entre plaine et montagne dans le Massif-Central

Espèces

Une dérobée fourragère peut en cacher plusieurs autres

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue