Réussir sa mise à l’herbe

La mise à l’herbe est une étape à réaliser avec précaution, à la fois pour ne pas compromettre la pousse printanière mais aussi pour assurer la transition alimentaire du troupeau. Dans les Pays de la Loire, la douceur de l’hiver laisse entrevoir une mise à l’herbe début mars pour les vaches laitières.

« Quelques éleveurs laitiers ont sorti les bêtes en janvier du fait des bonnes conditions. D’autres ont fait pâturer les parcelles destinées au maïs qui pouvaient être abîmées. Pour les 80 % restants, la mise à l’herbe se fera dans les jours à venir » décrypte Jean-Luc Gayet, conseiller à la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique. Le spécialiste des prairies recommande de respecter certaines consignes lors du déprimage pour ne pas abîmer les pâtures. « Il faut que le passage des vaches soit rapide pour réussir la transition alimentaire, de 3 à 4 heures par jour sur la parcelle, pas plus. J’insiste sur ce point car l’herbe n’est pas très haute et il faut laisser une hauteur suffisante pour qu’elle puisse se régénérer » précise-t-il.

Le pâturage peut démarrer à partir d’une hauteur de 7 à 8 cm. Mais elle ne doit pas descendre sous 5 cm. En dessous de cette hauteur, les bêtes doivent être changées de parcelle. « Le déprimage n’en reste pas moins nécessaire pour nettoyer l’herbe qui a souffert durant l’hiver. Le plateau de tallage des graminées et les trèfles peuvent ensuite profiter des rayons solaires pour mieux redémarrer » affirme Jean-Luc Gayet. Il précise également que les premières sorties vont permettre de donner le rythme pour le pâturage de printemps et éviter de se faire déborder par une pousse importante simultanée dans toutes les parcelles.

la mise à l’herbe des vaches est une étape importante

Inscription à la newsletter

Votre adresse e-mail ne servira qu'au traitement de votre abonnement à ladite lettre d'information par l'Interprofession des semences et plants. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, cliquez ici.

Les derniers articles d'agronomie

Même avec légumineuses, une prairie a besoin d’apport d’azote

Les légumineuses contribuent à la fourniture d’azote et permettent de réduire les apports d’azote. L’impasse totale de fertilisation n’est possible que si les prairies en ont une forte proportion.

Non, l’apport de lisier sur prairie n'acidifie pas les sols

Contrairement à une idée, l’apport d’engrais de ferme, notamment de lisier, n’a pas tendance à acidifier les sols. C’est même l’inverse qui se produit quand les quantités apportées sont raisonnées.

Les clés de la réussite d’un sursemis en prairies installées

La technique du sursemis peut permettre à la fois de rénover à moindre coût des prairies permanentes dégradées par une sécheresse et permettre de pérenniser des prairies temporaires.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Digital

Améliorer sa gestion de l’herbe en utilisant les réseaux sociaux

Alimentation

Un nouveau système d’alimentation pour des rations plus performantes

Alimentation

Avantage économique aux systèmes pâturants

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue