Séduisantes quand le mélange "joue collectif"... les prairies multi-espèces

L’idée d’associer graminées et légumineuses, type ray-grass- trèfle blanc, n’est pas nouvelle. Aujourd’hui, on parle de mélanges plus complexes. Pour en maîtriser le comportement, conseils sur les espèces et expérimentations locales sont indispensables.

Moins connue que la fameuse association RGA-TB, la prairie multi-espèces séduit pourtant de plus en plus d’éleveurs. « Pour répondre à leurs questions, nous avons mis en place, dès 2001, des essais pour tester les performances et affiner le mode d’emploi de ces mélanges, explique Patrice Pierre, conseiller Prairies pour les chambres d’agriculture de la Mayenne et du Maine-et-Loire. Car, il convenait d’identifier les motivations des éleveurs pour cette conduite ». Parmi les objectifs les plus souvent cités : l’installation d’une prairie plus pérenne, l’idée de produire plus, de répondre à une hétérogénéité au sein de la parcelle, d’étaler la pousse au long de l’année, d’avoir de la souplesse dans les séquences de pâturage, de donner une image plus « naturelle » à la prairie…

A chaque situation, un mélange

Pour y parvenir, le choix des espèces reste primordial. Chacune doit coexister harmonieusement sans que la concurrence, inévitable, conduise à l’élimination de l’une d’entre elles, poursuit-il. Bien entendu, chaque espèce a un rôle précis à jouer ». Alors que les graminées apportent la productivité, les légumineuses ont un impact sur la qualité et les espèces d’accompagnement sur le vieillissement de la prairie ». Le choix des espèces doit se faire en fonction de leur capacité à s’adapter au type de sol (humide, séchant ou acide), au climat (fortes ou basses températures), à la conduite (fauche, pâturage), à la persistance et au comportement social. Recherche-t-on une espèce agressive ou, au contraire, une espèce qui s’adapte bien au mélange, comme la fétuque élevée, le trèfle hybride, la fléole, le RGA, la fétuque des prés ou la minette ? Une fois les espèces identifiées, tout est question de dosage, comme pour une recette de cuisine. La dose totale de semences varie de 25 à 30 kg/ha. « L’idée d’utiliser des mélanges standards à 5, 6 ou 7 espèces ne me séduit guère, confie Patrice Pierre. Car ces derniers sont rarement adaptés au contexte spécifique d’une exploitation donnée. Réaliser un mélange performant de plusieurs espèces demande toutefois d’être précis dans les critères de qualité et de production recherchés et dans le choix des composants du mélange ».

Un rendement plus élevé

Dans les différents essais conduits entre 2001 et 2006 dans des fermes expérimentales de Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire, le rendement moyen supplémentaire annuel des prairies multi-espèces varie de + 0,9 à + 1,9 t MS/ha, comparé aux associations RGA-TB ou RGA-Fétuque élevée-TB. Même si la variabilité de la production est très importante selon les années, cette variabilité s’avère atténuée dans les prairies multi-espèces : ces dernières se comportant mieux en année difficile. Autre constat : les modalités comportant un RGA plus précoce sont plus productives que celles comportant un RGA tardif. Le gain est alors obtenu au printemps, essentiellement au cours du premier cycle. Quant à la valeur énergétique (UFL) des prairies multi-espèces, elle est satisfaisante bien que légèrement inférieure à celle du RGA-TB : en moyenne, de 4 % (essais conduits de 2002 à 2004 à Thorigné-d’Anjou). C’est au cours du deuxième cycle que l’UFL est la plus basse : pour les trois autres cycles, les écarts sont faibles. La qualité des foins de ces prairies est en revanche nettement supérieure à celle des foins de prairies naturelles liée à de meilleures valeurs énergétiques, équilibre azoté, teneur en minéraux et ingestibilité.

L’étiquette verte « mélange de semences pour prairie » ; des garanties pour les éleveurs

Elle signifie que : les variétés présentes dans le sac sont inscrites aux catalogues français ou européen pour une utilisation fourragère. En matière de choix des variétés, on ne peut pas réaliser un bon mélange avec des variétés mal adaptées. En se référant au catalogue officiel Français on s’assure que les variétés ont subi avec succès les tests de valeur dans les conditions françaises de production et d’exploitation.
Elle indique aussi que chaque composant du mélange pris séparément répond aux normes de pureté et de germination.
En France, pour garantir aux utilisateurs l'homogénéité du mélange et le respects des proportions des différents composants, les installations des fabricants de mélanges sont inspectées par le SOC (Service Officiel de Contrôle et de Certification) et le taux minimum d'incorporation des variétés fixé à 5%.

Patrice PierrePrairie Multiespèces

Inscription à la newsletter

Les derniers articles d'agronomie

Engraisser les bovins viande à l'herbe : économique et écologique

En élevage allaitant, la finition des animaux à l’herbe permet un gain de temps et d’argent, avec un impact positif sur l’environnement.

Le trèfle blanc : véritable moteur des prairies

La présence de trèfle blanc dans les prairies a un impact positif. Sur les graminées avec lesquelles il cohabite intimement comme sur le comportement alimentaire et les performances des animaux.

Vous avez dit ray-grass ? Non j’ai dit ray-grass

Herb'actifs fait le point sur le terme « ray-grass » qui concerne en fait trois espèces bien distinctes et qui n’ont rien de commun en soi et encore moins en matière d’utilisation.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Paroles d'éleveurs

Une filière à l'herbe créée par les éleveurs

Paroles d'éleveurs

Viande de nos prairies : une nouvelle filière herbe pour valoriser les allaitantes

Paroles d'éleveurs

Valoriser ses prairies en passant son troupeau allaitant en bio

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue