Légumineuses + graminées on y gagne à tous les couples !

Trop discret le couple légumineuses-graminées ? Christian Huyghe, directeur de recherche à l’Inra de Lusignan (Vienne), le pense ; il insiste sur plusieurs avantages- clés : la productivité, la teneur en protéines, la digestibilité et la teneur en sucres, d’où découle notamment « l’ensilabilité ».

Christian Huyghe explique la productivité d’une association par la diversité : « la biomasse en est favorisée, tant par le nombre d’espèces, que par la capacité à fixer l’azote, la taille, la vitesse de croissance...». Les légumineuses compensent ainsi par une composition morphologique stable la croissance des graminées, plus variable. Tout au long des cycles, la compensation entre les légumineuses, à composition plus stable, et les graminées permet une couverture maximale des besoins des animaux. Ce processus va également jouer sur les équilibres protéines, sucres et digestibilité. L’apport de protéines fraîches par les légumineuses, par nature solubles, va toutefois se traduire par une dégradation rapide dans le rumen, donc une moindre valorisation.

D’où l’intérêt d’un apport de foin. Christian Huyghe cite l’enrubannage comme un bon compromis entre le foin et l’ensilage pour préserver les protéines des légumineuses. « Pour une biomasse identique à celle obtenue avec 150 U d’azote sur graminées pures, il est possible de ne rien apporter avec une association comportant les mêmes graminées et du trèfle blanc » développe le chercheur. Tout de même, quelques facteurs limitants : « La conduite culturale d’une graminée pure, le soja servant ensuite de variable d’ajustement pour la ration, est plus simple. Avec une légumineuse, il faut prendre en compte la structure du couvert, l’équilibre entre espèces hérité de la gestion du pâturage… Le sursemis de légumineuse peut être un correctif », conseille Christian Huyghe. Autre atout, plus écologique, des légumineuses dans les prairies : des floraisons appréciables pour la biodiversité et les abeilles ».

intérêt du couple légumineuse+graminéechristian hyugue

Inscription à la newsletter

Votre adresse e-mail ne servira qu'au traitement de votre abonnement à ladite lettre d'information par l'Interprofession des semences et plants. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, cliquez ici.

Les derniers articles d'agronomie

Même avec légumineuses, une prairie a besoin d’apport d’azote

Les légumineuses contribuent à la fourniture d’azote et permettent de réduire les apports d’azote. L’impasse totale de fertilisation n’est possible que si les prairies en ont une forte proportion.

Le sursemis des prairies permanentes

Le sursemis est l’occasion de regarnir en légumineuses une prairie dégradée. Conseils et bonnes pratiques pour redonner un coup de jeune à ses prairies.

Non, l’apport de lisier sur prairie n'acidifie pas les sols

Contrairement à une idée, l’apport d’engrais de ferme, notamment de lisier, n’a pas tendance à acidifier les sols. C’est même l’inverse qui se produit quand les quantités apportées sont raisonnées.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Digital

Le point sur des outils pour piloter ses prairies

Alimentation

Oui, intégrer de l’herbe dans une ration sèche en engraissement fait toujours baisser le coût de la ration

Alimentation

Non, alourdir les carcasses de jeunes bovins n’améliore pas l’indice de consommation

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue