En hiver, les prairies n'hibernent pas !

Pendant l'hiver, la plupart des animaux sont dans les bâtiments, ce qui occupe l’essentiel du travail de l’éleveur. La gestion des prairies ne doit pas, pour autant, être oubliée. Il est intéressant d’aller les visiter, d’y faire quelques observations et peut-être des interventions. Le nouvel an approchant, c’est aussi l’heure des bonnes résolutions « prairiales » pour 2020 !

Eau et prairie : que faire ?

Parcourir les prairies en hiver est l’occasion d’observer certains points importants. En période pluvieuse, il est intéressant de regarder le comportement de la prairie par rapport à la présence d’eau et de se poser les bonnes questions. Y en-a-t-il ? Est-elle stagnante ou au contraire ruisselle-t-elle en surface ? Ces situations dépendent bien sûr du relief, de la texture du sol et de la nature du sous-sol. Une période propice pour constater la fonction importante de la prairie qui est de faciliter la pénétration de l’eau dans le sol, comparée aux parcelles cultivées. En effet, si le sol devient saturé, l’eau s’écoule en surface. Celle-ci est alors propre et non boueuse. L’une des voies d’amélioration de la prairie est l’assainissement. Un sol assaini favorise l’activité biologique : vers de terre, champignons, bactéries. Le curage des fossés et le drainage sont efficaces mais soumis à une réglementation et restent coûteux.

Des aménagements simples

Il existe cependant des méthodes douces d’assainissement comme la création de petites rigoles avec une rigoleuse qui est une vis sans fin actionnée par le tracteur. Cette technique est peu coûteuse et a un impact positif sur la flore, avec notamment la réapparition du trèfle blanc. Une rigole reste en place pour 3 à 5 ans. Si la prairie est actuellement submergée par quelques centimètres d’eau, c’est le moment de repérer les endroits dans lesquels il sera plus pertinent et efficace de réaliser ces rigoles. Lorsque la prairie est bordée de fossés ou de rivière, on y trouve souvent, tout au long de ceux-ci, des anciens bourlets de curage. Le niveau du sol y est plus haut de 10 à 30 cm sur quelques mètres de largeur. La flore y est généralement meilleure qu’au milieu de la parcelle car mieux assainie. Mais cet amas de terre empêche l’eau de ruissellement d’aller rejoindre les fossés. Il faut alors créer de petites rigoles pour permettre à l’eau d’aller vers sa destination naturelle.

À surveiller : surpâturage et sous pâturage

En arpentant les prairies, il faut également observer s’il y a eu du surpâturage ou du sous pâturage. Les deux situations sont préjudiciables. Le surpâturage affaiblit la graminée, voire provoque sa nanification et favorise la future apparition d’adventices. Le sous pâturage et le jaunissement des feuilles créent un paillage qui va nuire au redémarrage de l’herbe au printemps. Cette situation induira, au moment du réveil de la végétation, la nécessité de broyer tôt pour ôter les feuilles jaunes et permettre l’apparition de jeunes feuilles actives. Il faut profiter de cette visite pour observer le « microrelief ». En effet, l’idéal est d’avoir une surface la plus plane possible pour une végétation gazonnante et non pas cespiteuse (en touffes). Les récoltes mécanisées n’en seront alors que facilitées. Si l’on constate des bosses, des mottes et des trous, il faut aplanir avec un rouleau ou une herse de prairie, et ceci au moment jugé opportun : lorsque le sol n’est ni trop humide ni trop sec.

Et les amendements !

Le repos végétatif est aussi le moment idéal pour effectuer le chaulage. Si le pH optimum est 7, l’objectif est de se situer au-dessus de 6,2 ; seuil au-dessus duquel le trèfle blanc se développe bien. Il convient de rappeler le rôle essentiel du trèfle blanc comme moteur de la prairie. Remonter le pH doit se faire progressivement. Un demi-point maximum par an soit 1 tonne de CaO. Si le repos végétatif est idéal pour chauler, il faut éviter de rouler avec un tracteur sur de l’herbe gelée, ce qui provoque une mortalité importante de plantes.

Préparer la saison suivante

L’hiver permet, par ailleurs, de penser aux résolutions pour la nouvelle année. Parmi celles-ci, les 5 voies d’amélioration de la prairie doivent être évoquées, pour chacune des parcelles. Il s’agit d’éliminer la ou les causes de dégradation, de réintroduire de nouvelles espèces sélectionnées et adaptées au mode d’exploitation et aux animaux, de raisonner un plan de fertilisation (minéral et/ou organique), de penser au pH, d’envisager un mode d’exploitation pertinent et enfin de repenser l’aménagement parcellaire (chemin, point d’eau, assainissement). L’optimisation des prairies est donc le produit de multiples facteurs qui s’enchevêtrent et qu’il convient de raisonner en attendant le retour des beaux jours. Il est essentiel d’observer, de comprendre et de prendre les bonnes résolutions. Voici les 10 causes possibles de dégradation :

  1. le surpâturage,
  2. le sous-pâturage,
  3. l’absence de déprimage,
  4. la sénescence simultanée,
  5. la flore mal adaptée à l’objectif d’exploitation,
  6. l’activité biologique du sol réduite et l’accumulation de meulch,
  7. le piétinement en mauvaises conditions,
  8. la fertilisation mal raisonnée,
  9. les accidents : sangliers, taupes, gelée, sécheresse ou inondation exceptionnelle,
  10. les négligences : rouler sur herbe gelée, fumier mal émietté, …

Et les 5 voies d’amélioration :

  1. éliminer la ou les causes de dégradation,
  2. introduire de nouvelles plantes sélectionnées (semis ou sursemis),
  3. raisonner la fertilisation et le pH,
  4. adapter le mode d’exploitation,
  5. aménager le parcellaire : chemins, zone d’ombre, assainissement, points d’eau.
prairies en hiver prairies en hiver

Inscription à la newsletter

Les derniers articles d'agronomie

Améliorer la longévité de ses prairies pâturées

On peut être tenté de retourner une prairie. pourtant, il y a beaucoup à gagner à prolonger sa durée de vie : autonomie alimentaire et protéique, dilution du coût d’implantation, résilience…

De l’herbe pâturée au menu des vaches laitières – Coronavirus en période de mise à l’herbe

Face au contexte inédit du Coronavirus, plusieurs laiteries ont demandé à leurs éleveurs de freiner la production. Une demande qui arrive en pleine période de mise à l’herbe…

Les prairies à flore variée

La ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou mène depuis 20 ans des essais sur les prairies à flore variée (PFV). Objectif, trouver une alternative à l’association ray-grass anglais / trèfle blanc.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Agronomie

Améliorer la longévité de ses prairies pâturées

Espèces

La betterave fourragère, l’assurance "matière sèche" pour les années sèches

Agronomie

De l’herbe pâturée au menu des vaches laitières – Coronavirus en période de mise à l’herbe

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue