En Normandie : fanage obligatoire pour un ensilage de qualité

Comment atteindre rapidement un taux de matière sèche suffisant pour assurer la qualité de son ensilage quand la fenêtre météo est courte ? La fédération des Cuma de Normandie, avec Elvup et Littoral Normand, a testé différents itinéraires techniques dans l’Orne. Quel que soit le type de faucheuse, un fanage précoce est la clé de la réussite.

Pour obtenir un ensilage de graminées à 35% de Matière Sèche (MS), il faut viser la bonne fenêtre météo pour la récolte. Arriver à concilier plusieurs jours secs avec le bon stade de l’herbe n’est pas toujours facile. « Dans la cadre du programme Ecosilage, nous avons travaillé avec des Cuma de l’Orne sur l’organisation de chantier et le matériel à utiliser pour arriver à un ensilage de qualité sur une courte période sèche », retrace Florian Frémont, animateur agro-équipement à la fédération des Cuma de Normandie. A l’équation météo, il faut aussi ajouter la nécessité de concilier débit de chantier et qualité du fourrage. « Avec l’agrandissement des exploitations, les surfaces en herbe à récolter augmentent. Il faut adapter le matériel, tout en maitrisant le coût », souligne Florian Frémont.

Pour se faire une idée pragmatique de l’intérêt des différents modèles de faucheuses et d’andaineurs, les Cuma de l’Orne les ont comparés sur une parcelle de 5 ha en Ray-Grass d’Italie (RGI) au Ménil de Briouze (61), en analysant dans les différentes combinaisons le taux de matière sèche du fourrage. La fauche a été faite mi-avril après une journée de pluie, avec la perspective de 2 journées sèches.

Côté faucheuses, ont été comparé un groupe de fauche classique à tambour en 6 m et un groupe de fauche conditionneuse à fléaux en 9 m équipé de tapis. Pour le fanage, ont été testé un fanage classique avec une faneuse 6 toupies, de l’aérofanage avec un aérofaneur de 2,5 m et de l’andainage avec un andaineur double rotor.

Fourrage étalé, fourrage séché

48 heures après une fauche classique, le fourrage atteint le 35% de MS avec un fanage. Sans, il reste à 26% de MS. Les meilleurs résultats, 38% de MS, sont obtenus avec un fanage précoce, c’est-à-dire le plus rapidement possible après la coupe, idéalement dans l’heure qui suit. Après 48 heures de séchage, les meilleurs taux de matière sèche sont obtenus quand le fanage a eu lieu 1h après coupe, plutôt que 24 après.

Pour une fauche avec une conditionneuse étalée (3 m serré sur 2,2 m), un fanage précoce permet d’approcher les 35% de MS, 33,7% exactement dans cet essai. En cas de conditionneuse groupée (9 m serré sur 2,2 m), même avec 2 passages d’aérofaneurs, le fourrage sèche moins bien et le taux de matière sèche n’atteint pas les 30%. « L’utilisation d’un conditionneur a un intérêt pour atteindre rapidement les 30% de matière sèche, dès le premier jour. Mais pour atteindre les 35% en 2 jours, le conditionneur ne fait pas la différence si le fourrage était bien étalé », témoigne Florian Frémont. Ce qui réduit le besoin en investissement.

Fauche classique ou conditionnée, peu importe, ce qui compte c’est d’étaler le fourrage. Sans fanage, impossible d’atteindre l’objectif de 30-35% MS. « Dans les conditions normandes, le fanage est indispensable. Sinon, il faut compter un jour de séchage de plus, ce qui n’est pas toujours possible au regard des conditions météo », rappelle Florian Frémont.

Mieux faut couper haut pour la repousse

Les éleveurs ont profité de ces essais pour évaluer l’impact de la hauteur de fauche. Couper à 4 ou à 7 cm ne change pas le temps de séchage, ni la qualité de l’ensilage quand le sol est sec. Par contre, quand le sol est humide, une coupe haute est préférable pour assurer la qualité du fourrage, en évitant de le souiller avec de la terre et des cailloux.« En coupant haut à 7 cm, on ne perd pas tellement en rendement mais on a une meilleure qualité, tout en permettant une repousse plus rapide », relate Florian Frémont.

Au final, pour atteindre les 30-35% de matière sèche en 48 heures sur leur RGI, les Cuma de l’Orne mettent en avant deux itinéraires : fauche classique le plus étalée possible, avec un fanage précoce et un andainage après 45h ou alors une fauche conditionnée le plus étalée possible, avec deux andainages 48 heures, puis 60 heures après la coupe pour une récolte 68 à 72 heures après coupe.

andains en fanage avant d’être ensilégros plan sur un andain

Inscription à la newsletter

Les derniers articles d'agronomie

Engraisser les bovins viande à l'herbe : économique et écologique

En élevage allaitant, la finition des animaux à l’herbe permet un gain de temps et d’argent, avec un impact positif sur l’environnement.

Le trèfle blanc : véritable moteur des prairies

La présence de trèfle blanc dans les prairies a un impact positif. Sur les graminées avec lesquelles il cohabite intimement comme sur le comportement alimentaire et les performances des animaux.

Vous avez dit ray-grass ? Non j’ai dit ray-grass

Herb'actifs fait le point sur le terme « ray-grass » qui concerne en fait trois espèces bien distinctes et qui n’ont rien de commun en soi et encore moins en matière d’utilisation.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Paroles d'éleveurs

Une filière à l'herbe créée par les éleveurs

Paroles d'éleveurs

Viande de nos prairies : une nouvelle filière herbe pour valoriser les allaitantes

Paroles d'éleveurs

Valoriser ses prairies en passant son troupeau allaitant en bio

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue