Pour faire du stock fourrager sur pieds

S’il est établi que la règle essentielle du pâturage est de faire consommer une végétation dense, d’une hauteur située entre 15 cm à l’entrée des animaux à 5 cm à leur sortie, on peut aussi envisager le stockage d’une végétation un peu plus haute pour être consommée plus tardivement et réduire le coût du machinisme.

Le fourrage pâturé est sans conteste la méthode la plus économique de nourrir ses animaux. La récolte et le stockage des fourrages peuvent tripler le prix de revient de la tonne de matière sèche « à la bouche de l’animal ».

Mais la nature est ainsi faite que la production des prairies n’est pas régulière, ni prévisible en fonction des conditions de température, d’humidité et des plantes de la parcelle. Parfois, on récolte du fourrage que l’on ne redistribue de toute façon que quelques semaines plus tard, en période d’été.

Rigueur et méthodes

Néanmoins, cette pratique ne doit pas être un simple abandon de végétation dans laquelle on remet des animaux lorsqu’elle est haute. A minima, il faut faire un pâturage précoce puis un second mi-mai.

Le premier est fait un déprimage. Pâturer (ou faucher) l’herbe très précocement, en fin d’hiver début du printemps, a pour conséquence de faire taller et densifier la végétation. Le second doit permettre d’étêter la végétation. Pâturer lorsque l’épi est déjà dans la gaine pour que la plante ne produise ensuite plus que des feuilles le restant de l’année, ce qui permet de gagner en densité et de contenir l’apparition d’autres d’épis. On observe ensuite la pousse et lorsque l’herbe vient à manquer dans les autres parcelles, on peut aborder cette parcelle par le pâturage au fil avant mais aussi arrière si possible. Il convient d’estimer la consommation journalière des animaux et le stock d’herbe pour les mettre en adéquation.

Des espèces fourragères adaptées

Il est fondamental que la végétation soit adaptée pour que la qualité ne soit pas altérée. Pour les prairies temporaires, certains critères d’espèces prairiales sont prioritaires pour constituer des stocks sur pieds de qualité : la résistance aux maladies, la prédisposition à la remontaison, la résistance à la sécheresse. La présence de légumineuses est quasi indispensable pour gagner en stabilité de la valeur du fourrage, pour maintenir l’appétence et bénéficier de la fixation d’azote.

Les espèces estivales par excellence sont le dactyle, la fétuque élevée, le trèfle blanc, le lotier, la minette, la luzerne et le trèfle violet que l’on peut envisager au pâturage en mélange.

Pour des prairies de courte ou moyenne durée (3 ans), le ray-grass hybride mérite d’être signalé car il a un système racinaire puissant, il résiste à la chaleur et à la sécheresse. De plus, la sélection offre un panel de variétés remarquables.

Bien choisir ses espèces et ses variétés

L’outil Herbe Book est idéal pour déterminer les variétés les plus adaptées à la constitution de stock de fourrage sur pied.

C’est aussi l’occasion de rappeler que le plein été et la fin d’été sont aussi les périodes optimales pour ressemer les prairies car la végétation naturelle est moins compétitive et la terre est chaude. Restent les conditions hydriques qui déterminent la faisabilité du chantier de ressemis.

stock d'herbe sur pied

Inscription à la newsletter

Votre adresse e-mail ne servira qu'au traitement de votre abonnement à ladite lettre d'information par l'Interprofession des semences et plants. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, cliquez ici.

Les derniers articles d'agronomie

Même avec légumineuses, une prairie a besoin d’apport d’azote

Les légumineuses contribuent à la fourniture d’azote et permettent de réduire les apports d’azote. L’impasse totale de fertilisation n’est possible que si les prairies en ont une forte proportion.

Le sursemis des prairies permanentes

Le sursemis est l’occasion de regarnir en légumineuses une prairie dégradée. Conseils et bonnes pratiques pour redonner un coup de jeune à ses prairies.

Non, l’apport de lisier sur prairie n'acidifie pas les sols

Contrairement à une idée, l’apport d’engrais de ferme, notamment de lisier, n’a pas tendance à acidifier les sols. C’est même l’inverse qui se produit quand les quantités apportées sont raisonnées.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Digital

Le point sur des outils pour piloter ses prairies

Alimentation

Oui, intégrer de l’herbe dans une ration sèche en engraissement fait toujours baisser le coût de la ration

Alimentation

Non, alourdir les carcasses de jeunes bovins n’améliore pas l’indice de consommation

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue