Tu fauches ou tu fauches pas ? Débit épiaison, stade-clé

En matière de fauche, tout est question de compromis. Pas trop tôt pour gagner en rendement mais pas trop tard pour maintenir une valeur alimentaire correcte.

Comme toutes plantes, les graminées fourragères respectent un calendrier de croissance précis. Et selon les stades de développement, la valeur alimentaire de l'herbe diffère. Un critère à prendre en compte par l'éleveur pour optimiser la qualité de ses prairies en fonction de l'utilisation visée.

Alors que la période idéale pour le pâturage se situe avant le début de l'épiaison, celle de l'ensilage ou de l'enrubannage se positionne à ce stade. Pour la récolte de foin, tout peut se jouer dès l'apparition des premiers épis mais... avant la fin de l'épiaison. Car au-delà, la qualité du fourrage se dégrade très rapidement. La perte de valeur alimentaire est estimée à 5 % entre les stades début épiaison et épiaison et à 10 % entre les stades début épiaison et fin épiaison, soit à peine 15 jours.

Cela peut représenter une perte de production de 4 à 5 kg de lait par vache. Le fauchage est donc un savant compromis entre la volonté de gagner du rendement et celle de conserver de la valeur alimentaire. Le tout, en réussissant à jongler avec la météorologie. Une chose est sûre : l'apparition des tous premiers épis dans la prairie doit être le signal pour l'exploitant. Un signal pour lui dire : tiens-toi prêt, le moment optimal de récolte de foin est proche.

Les fauches tardives, une fois le stade floraison atteint, sont déconseillées. En effet, une fois passé ce stade, la repousse de l'herbe est beaucoup plus lente et donc, moins rentable.

épiaison, stade clé pour la fauche

Inscription à la newsletter

Votre adresse e-mail ne servira qu'au traitement de votre abonnement à ladite lettre d'information par l'Interprofession des semences et plants. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, cliquez ici.

Les derniers articles d'agronomie

Même avec légumineuses, une prairie a besoin d’apport d’azote

Les légumineuses contribuent à la fourniture d’azote et permettent de réduire les apports d’azote. L’impasse totale de fertilisation n’est possible que si les prairies en ont une forte proportion.

Le sursemis des prairies permanentes

Le sursemis est l’occasion de regarnir en légumineuses une prairie dégradée. Conseils et bonnes pratiques pour redonner un coup de jeune à ses prairies.

Non, l’apport de lisier sur prairie n'acidifie pas les sols

Contrairement à une idée, l’apport d’engrais de ferme, notamment de lisier, n’a pas tendance à acidifier les sols. C’est même l’inverse qui se produit quand les quantités apportées sont raisonnées.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Digital

Le point sur des outils pour piloter ses prairies

Alimentation

Oui, intégrer de l’herbe dans une ration sèche en engraissement fait toujours baisser le coût de la ration

Alimentation

Non, alourdir les carcasses de jeunes bovins n’améliore pas l’indice de consommation

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue