Au coeur d’un réseau « Pousse de l’herbe » : « Montre-moi ton bulletin... »

Dans plusieurs départements, les chambres d’agriculture assurent un suivi hebdomadaire de la pousse de l’herbe. Exemple dans la Mayenne.

Depuis 2000, la chambre d’agriculture de la Mayenne publie chaque semaine, en partenariat avec le Clasel (anciennement contrôle laitier) un suivi de la pousse de l’herbe et ce, durant deux périodes de l’année : du 1er mars à fin juin et du 1er septembre au 1er novembre. « Le but est de suivre la croissance de l’herbe sur plusieurs exploitations représentatives des différentes zones pédoclimatiques du département en illustrant les divers systèmes de conduite, explique Stéphanie Guibert, conseillère agronomie au sein de la Chambre et pilote de la rédaction de ces bulletins. Nous mesurons la pousse au sein de huit fermes : six en lait et deux en système allaitant avec des pratiques différentes de fertilisation. L’une des exploitations est même en bio. Ces chefs d’exploitation ont un point commun: ils sont tous intéressés par une bonne valorisation de l’herbe ».

Des bilans gratuits

Un cahier des charges précise la méthodologie à suivre. Les mesures sont réalisées à l’aide d’un herbomètre. La moyenne est calculée sur 300 prélèvements, répartis au sein de 10 à 20 parcelles de l’exploitation. Ces dernières sont traversées en diagonale et si possible, au même endroit chaque semaine. La hauteur d’herbe est alors soustraite à celle de la semaine passée. Cette mesure, en centimètre, est ensuite corrigée du facteur de densité de prairie pour les espèces implantées. La pousse est ainsi exprimée en kg de MS/ha/j pour évaluer la part d’herbe dans la ration. « Tous les jeudis, les agriculteurs peuvent, gratuitement, consulter, via le site internet de la Chambre, une tendance de la pousse pour leur zone. Sont édités : une tendance pour les huit exploitations ainsi qu’un commentaire départemental dans lequel sont intégrés des conseils de conduite. Ces données sont reprises le lendemain dans le quotidien départemental, l’Avenir Agricole ». En Pays de la Loire, la Mayenne fut le premier département à mettre en place ces bulletins hebdomadaires. Désormais, tous les départements de la région en réalisent, en respectant, depuis 2012, la même méthode de travail. A l’échelle nationale, la Normandie, la Bretagne, le Limousin, le Poitou-Charentes et l’Auvergne réalisent également des bulletins de pousse de l’herbe - retrouver ces bulletins sur les sites des chambres d’agriculture). Des données essentielles pour les éleveurs qui souhaitent détecter le moment idéal de fauche ou de pâture et ainsi, optimiser la qualité de leurs prairies.

« De véritables tableaux de bord »

Depuis l’an 2000, Bernard Rocher participe, pour le compte de la Chambre d’Agriculture, à la mesure de la pousse de l’herbe sur les 16 parcelles de son exploitation, de 33 ha en herbe.
« Pour mon troupeau de vaches allaitantes, priorité au pâturage un maximum de jours de l’année, explique-t-il. Ces mesures sont de véritables tableaux de bord, des indicateurs qui me permettent d’exploiter l’herbe au meilleur stade ou d’anticiper, en compensant la ration par des compléments. Au même titre que la météo, ces bulletins sont consultés régulièrement ». D’ailleurs, Bernard Rocher réalise également, à titre personnel, des mesures de pousse de l’herbe sur une autre exploitation, gérée en Gaec. « Une façon aussi de visiter mes parcelles et de détecter d’éventuels soucis ».

Bernard Rocher mesure l'herbe sur 16 parcelles de son exploitation

Inscription à la newsletter

Les derniers articles d'agronomie

Ressemis des prairies : misez sur la complémentarité des espèces

Une productivité qui s'essoufle, une densité insuffisante de plantes fourragères, des adventices qui dominent, une flore initiale disparue. Il est temps de penser au ressemis de sa prairie.

Maintenir dans le temps le niveau de qualité de sa prairie

Que l’on ait une belle prairie naturelle ou temporaire, on espère la conserver longtemps à un haut niveau de qualité. Pour en éviter la dégradation, il faut être vigilant sur 10 points.

Principes du semis de prairie sous couvert de céréales

Le semis sous couvert de céréale (ou d’une association céréales – protéagineux) consiste à semer à l'automne ou au printemps une prairie temporaire en même temps qu’une céréale.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Agronomie

Ressemis des prairies : misez sur la complémentarité des espèces

Agronomie

Maintenir dans le temps le niveau de qualité de sa prairie

Digital

HappyGrass, le nouvel outil 100 % prairie pour les éleveurs

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue