Même avec légumineuses, une prairie a besoin d’apport d’azote

Les légumineuses présentes dans une prairie contribuent à la fourniture d’azote et permettent de réduire les apports sous forme minérale ou organique. Mais l’impasse totale de fertilisation azotée n’est possible que dans les prairies avec une forte proportion de légumineuses.

L’azote est le carburant de la production de la prairie. Dans les associations graminées + légumineuses, une partie de l’azote est fournie par les légumineuses, capables de fixer l’azote atmosphérique grâce aux nodosités présentes sur leurs racines. Une prairie peut être considérée d’association dès lors qu’elle contient au moins 10 % de légumineuses.

La quantité d’azote fournie à la prairie varie en fonction de la proportion de la légumineuse.

Adapter la dose d’azote à la proportion de légumineuses présentes dans la prairie

La dose d’azote totale annuelle apportée sur une prairie doit être adaptée à sa productivité. Elle doit aussi prendre en compte la contribution des légumineuses, le mode d’exploitation, les restitutions au pâturage, la fourniture d’azote par le sol et les apports d’engrais de ferme.

Les apports d’azote l’année suivant l’implantation des associations ou mélanges ne sont pas recommandés. Ils restent toutefois possibles mais pénalisent l’installation des légumineuses.

À partir de la deuxième année, la dose d’apport sera fonction de la proportion de légumineuses dans la prairie. Si les légumineuses sont abondantes (> 20 % au printemps et > 35 % en été), l’impasse est possible, notamment sur les prairies pâturées.

Lorsque l’azote est peu disponible dans le sol, un apport de 30 à 50 kg N/ha est recommandé en sortie d’hiver (à 200 degrés-jour cumulés depuis le 1er janvier) afin de relancer la croissance. Si les légumineuses sont faiblement présentes (< 10 % au printemps et < 30 % en été), l’apport sera raisonné comme pour une prairie en graminées pures.

Arvalis - Institut du végétal

Un article Arvalis - Institut du Végétal - Elodie Roget

Quantité d’azote (kg N/ha/an) fournie à la prairie en fonction du taux de légumineuses dans l’association

Inscription à la newsletter

Votre adresse e-mail ne servira qu'au traitement de votre abonnement à ladite lettre d'information par l'Interprofession des semences et plants. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, cliquez ici.

Les derniers articles d'agronomie

Non, l’apport de lisier sur prairie n'acidifie pas les sols

Contrairement à une idée, l’apport d’engrais de ferme, notamment de lisier, n’a pas tendance à acidifier les sols. C’est même l’inverse qui se produit quand les quantités apportées sont raisonnées.

Les clés de la réussite d’un sursemis en prairies installées

La technique du sursemis peut permettre à la fois de rénover à moindre coût des prairies permanentes dégradées par une sécheresse et permettre de pérenniser des prairies temporaires.

Déprimer, c'est gagner !

Le démarrage en végétation des prairies est une période clé, où tout se joue en quelques semaines. Le déprimage permet souvent d'améliorer gratuitement la qualité de vos parcelles.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Digital

Améliorer sa gestion de l’herbe en utilisant les réseaux sociaux

Alimentation

Un nouveau système d’alimentation pour des rations plus performantes

Alimentation

Avantage économique aux systèmes pâturants

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue