Les 5 commandements pour… implanter sans se planter

Quels que soient l’espèce prairiale choisie, la date retenue ou les outils employés, 5 règles sont incontournables à l’implantation. Rappel avant les prochains semis.

1 - La profondeur de semis

L’optimum se situe à 1,5 cm : au-delà, les manques à la levée seront plus importants. Pour bien gérer cette profondeur, il est conseillé de rouler avant de semer.

2 - La densité de semis

« Viser 1000 graines au m2, indique Bruno Osson, du Gnis. En sous-densité, les risques de salissement sont accrus ; au-delà, les plantes entrent en compétition pour la lumière, pour l’espace, ce qui pénalise la production finale ».

3 - La répartition spatiale des graines

L’idéal est le semis à la volée : à condition toutefois d’utiliser un matériel adapté. Le semis en lignes espacées augmente les risques de semis « en touffe », pour le dactyle notamment. L’autre option peut être un semis en lignes resserrées en réalisant deux passages croisés.

4 - Le choix de la date de semis

Tout dépend de l’organisation au sein de l’exploitation et de l’époque où l’éleveur aura besoin d’herbe. Première possibilité : les semis de printemps, qui fournissent un fourrage de qualité dès le mois de juin ; autre possibilité : les semis de fin d’été (après le 15 août), qui profitent de terres plus chaudes et réduisent le risque de mauvaises herbes. « Dans les deux cas, les semis ne doivent pas subir de conditions climatiques extrêmes (gel, fortes chaleurs) et ce, durant toute la phase d’installation, soit jusqu’à la sortie de la première talle », précise Bruno Osson.

5 - La préparation du sol

Elle reste une étape capitale de l’itinéraire cultural. La surface doit être plane et la structure fine en surface pour optimiser le contact terre/graine. Le risque de battance doit être pris en compte dans les sols sensibles. Enfin, avant même de semer, lutter contre les adventices s’avèrera utile. Pour cela, ne pas hésiter à réaliser un ou deux faux semis pour faire lever un maximum de mauvaises herbes. Eviter dans la mesure du possible de recourir à un traitement chimique, sauf en cas d’infestations fortes de mourons ou de chénopodes. A noter qu’un broyage peut permettre à la graminée de reprendre le dessus.

Gros plan sur la profondeur de semis

De petite taille et à faible réserve, les graines fourragères doivent faire l’objet d’une grande attention au niveau de la profondeur de semis. Dès 3 cm de profondeur, les toutes petites graines comme la fléole présentent facilement 50% de mortalité !

Et le sursemis de prairies ?

L’idée est de ne pas détruire la flore en place (pour continuer à exploiter la parcelle) mais d’implanter une espèce qui prendra le dessus. Pour ce faire, il est conseillé de ne plus apporter d’azote 3 à 4 mois avant le sursemis, d’intervenir sur une végétation rase (3 - 4 cm), d’ouvrir le sol avec un outil à dents ou un outil à disques, de bien gérer la profondeur de semis (1 cm), et de bien refermer derrière. L’important est de choisir des espèces agressives qui s’installeront rapidement.
Un document du Gnis, d'Arvalis-Institut du végétal et de l'Institut de l'élevage, intitulé "Sursemis de prairies. Comment semer sans détruire la prairie en place ?" synthétise, sous forme de fiches, l'expertise et l'expérience de nombreux techniciens. Commandez-le en ligne sur www.herbe-actifs.org.

en plein semis avec un semoir en ligne

Inscription à la newsletter

Les derniers articles d'agronomie

Engraisser les bovins viande à l'herbe : économique et écologique

En élevage allaitant, la finition des animaux à l’herbe permet un gain de temps et d’argent, avec un impact positif sur l’environnement.

Le trèfle blanc : véritable moteur des prairies

La présence de trèfle blanc dans les prairies a un impact positif. Sur les graminées avec lesquelles il cohabite intimement comme sur le comportement alimentaire et les performances des animaux.

Vous avez dit ray-grass ? Non j’ai dit ray-grass

Herb'actifs fait le point sur le terme « ray-grass » qui concerne en fait trois espèces bien distinctes et qui n’ont rien de commun en soi et encore moins en matière d’utilisation.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Paroles d'éleveurs

Une filière à l'herbe créée par les éleveurs

Paroles d'éleveurs

Viande de nos prairies : une nouvelle filière herbe pour valoriser les allaitantes

Paroles d'éleveurs

Valoriser ses prairies en passant son troupeau allaitant en bio

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue