Azote minéral au printemps : démarrer à 200 au compteur…

200°C cumulés depuis le 1er janvier : c’est la somme de température nécessaire pour le démarrage des prairies, et donc des besoins en azote. Pour Pierre-Vincent Protin, ingénieur en production fourragère à Arvalis-Institut du végétal, il y a énormément à gagner à respecter cette règle.

« Une enquête Fertilisation menée au printemps 2009 auprès de 300 éleveurs a mis en évidence des dates d’apport d’azote sur prairies au cours du mois de mars. Or, selon la règle des 200°C cumulés depuis le 1er janvier, il faudrait épandre au plus tard vers le 20 février » déplore Pierre-Vincent Protin… Cette règle, testée par le passé dans de nombreuses situations (climats, sols, espèces…) et de nouveau dans les stations expérimentales d’Arvalis en 2009, a largement fait ses preuves.

Dès fin janvier sur la façade Ouest ?

Le décalage d’un mois, soit environ 100°C cumulés en plus ou en moins, peut provoquer une baisse de rendement d’herbe de plus de 30 %. Et beaucoup plus au-delà. « Les données ont été recueillies dans des zones de climat océanique, semi-océanique ou continental, sur différentes graminées, types de sol, précise l’ingénieur Arvalis. Elles confirment toutes l’intérêt d’un apport dès fin janvier en partant de l’Ouest de la France, à mi-mars, à l’Est, comme le montre la carte. Evidemment, la portance des sols et les périodes d’interdiction d’épandage définies par la Directive Nitrates devront aussi faire parti des critères de décision…». Cette règle des 200°C comme somme de température constitue le principal élément de décision, faute de pouvoir déterminer facilement, dans les prairies, le stade où les plantes ont besoin d’azote.

carte de France des 200°C joursPierre-Vincent Protin

Inscription à la newsletter

Votre adresse e-mail ne servira qu'au traitement de votre abonnement à ladite lettre d'information par l'Interprofession des semences et plants. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits, cliquez ici.

Les derniers articles d'agronomie

Même avec légumineuses, une prairie a besoin d’apport d’azote

Les légumineuses contribuent à la fourniture d’azote et permettent de réduire les apports d’azote. L’impasse totale de fertilisation n’est possible que si les prairies en ont une forte proportion.

Le sursemis des prairies permanentes

Le sursemis est l’occasion de regarnir en légumineuses une prairie dégradée. Conseils et bonnes pratiques pour redonner un coup de jeune à ses prairies.

Non, l’apport de lisier sur prairie n'acidifie pas les sols

Contrairement à une idée, l’apport d’engrais de ferme, notamment de lisier, n’a pas tendance à acidifier les sols. C’est même l’inverse qui se produit quand les quantités apportées sont raisonnées.

Les derniers articles d'Herb'actifs

Digital

Le point sur des outils pour piloter ses prairies

Alimentation

Oui, intégrer de l’herbe dans une ration sèche en engraissement fait toujours baisser le coût de la ration

Alimentation

Non, alourdir les carcasses de jeunes bovins n’améliore pas l’indice de consommation

Des outils pour vos prairies

Le Calculateur de Mélanges Prairiaux

Cette application vous permet de déterminer le peuplement théorique d'une prairie semée à partir d'un sac de mélange, ou bien de composer vous même votre mélange en fonction du type de prairie que vous voulez obtenir.

Vers l'application

Herbe-Book

La catalogue des graminées et légumineuses fourragères inscrites au catalogue des variétés officielles. Sélectionnez les variétés sur des critères d'exploitation, de production, de maladie et de qualité alimentaire pour les comparer.

Vers le catalogue